Informaticienne de formation, Kolo rachelle danielle camara est une jeune Ivoirienne passionnée de la culture de son pays, principalement tout ce qui touche à la tenue traditionnelle.

Kolo rachelle danielle camara avec perles faites d'argile et de beurre de karité
Kolo rachelle danielle camara avec perles faites d’argile et de beurre de karité

En effet, la Cote d’Ivoire, pays de l’Afrique de l’Ouest, possède une culture diversifiée tant au niveau des langues, ( elle compte au total plus d’une soixantaine d’ethnies) qu’au niveau gastronomique, artistique … Et traditionnel, particulièrement les tenues traditionnelles de la Cote d’Ivoire.

Ténues portées lors de grandes cérémonies comme les fêtes de générations, de réjouissances, les mariages, les rituels, etc. Mais force est de constater que cette culture est marginalisée par les Ivoiriens au profil de cultures étrangères. Ainsi, dans le souci de valoriser, faire connaitre la culture ivoirienne et de réhabiliter l’Ivoirien dans sa propre culture, elle décide d’utiliser internet, puissant réseau universel, en créant sa page officielle sur Facebook : tenue traditionnelle ivoirienne.

Kolo Rachelle Danielle Camara habillée en tenue traditionnelle Akan
Kolo Rachelle Danielle Camara habillée en tenue traditionnelle Akan

Décidée plus que jamais à faire la promotion de la culture de son pays, surtout à la recherche d’histoires qui se cachent derrière chaque pagne, Rachelle effectue de nombreux voyages au plus profond là la Cote d’Ivoire, à la source de créations.

Elle fait de plus grandes et passionnantes découvertes qu’elle partage avec ses internautes sur sa page. Notamment, les sites de tisserands du pagne Baoulé lors de sa visite à Sakassou Kondrobo( il n’y a que seulement 2 tisserands), et de Ndêbo, sous préfecture de Yamoussoukro, la capitale politique du pays. Située au centre.

Aussi, à Warraniéré, non loin de Korhogo dans le nord du pays, pour les pagnes Sénoufo , où elle découvre des perles faites à base de beurre de karité et d’argile. Elle se veut dès lors, ambassadrice de la culture ivoirienne et salue la bravoure de ces tisserands, garants d’une pérennisation de la culture ivoirienne.

Elle en ressort très instruite et émerveillée autant que ses internautes qui désormais la sollicitent pour habiller, décorer diverses cérémonies. Par la force des choses, miss tradition en fait donc un business qui d’ailleurs a un avenir radieux !

#fieredêtreivoirienne


Par  Charlène NOMEL